L’épée de Damoclès du contrôle antiplagiat

Publié par
8

Depuis l’accès généralisé à internet, les informations nécessaires pour rédiger un mémoire n’ont jamais été aussi accessibles. En quelques clics et à l’aide des moteurs de recherches, il est possible de consulter une quantité de sources d’informations extrêmement large depuis son ordinateur.

 

Cette facilité tente chaque année de très nombreux étudiants quelque soit leur niveau d’études (mémoire de Licence, mémoire de Master ou même thèse de Doctorat) à « copier coller » certaines informations directement prises sur le net.

 

Evidemment, ce type d’opération et assimilable à du vol d’information, il va sans dire que les sanctions sont extrêmement lourdes et gravement discréditantes pour l’étudiant. Il s’agit en effet de l’erreur la plus grave qui puisse être réalisée dans l’élaboration d’un mémoire. Au meilleur des cas, l’étudiant bénéficie d’une certaine clémence et recommence la rédaction de son mémoire, dans le pire des cas il se fait exclure de l’établissement avec tous les désagréments que cela implique.

 

Le plagiat s’avère comme étant un mauvais calcul pour plusieurs raisons. Tout d’abord, le gain de temps dont bénéficie l’étudiant au moment où il rédige son mémoire sera largement perdu dans l’hypothèse où il se fait prendre par le jury (refaire son mémoire de  nouveau, convocation chez le directeur de mémoire, exclusion de l’établissement et perte d’une année d’étude).

Les logiciels anti-plagiat présents sur le marché (noplagiat, Urkund…) détectent un taux de similitude anormalement élevé en 20 minutes de scan en moyenne, il est donc devenu aussi facile de plagier que de détecter la présence de plagiat dans un mémoire.

 

Nous n’avons qu’un seul conseil à vous donner, celui d’être extrêmement rigoureux dans la rédaction de votre mémoire : l’intégralité doit être rédigée par vos soins et il est indispensable de préciser toutes les sources consultées en bibliographie et également en notes de bas de pages (avec l’ouvrage consulté, le nom de l’auteur, l’édition de publication, l’année de publication et éventuellement la page consultée). L’objectif étant de bien distinguer votre apport de ce qui a déjà été traité par un autre auteur.

 

Seule une rigueur sans faille vous permettra de passer cette épreuve sans stress et sans déconvenue.

Nous suivre sur Google +
Cette entrée a été publiée dans Non classé, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


3 + trois =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>